×

Avertissement

Joomla\CMS\Cache\Storage\FileStorage::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/beerbecoou/www/cache/com_content

L’année 2016 a été une année riche pour le monde de la Brasserie, et ce à tous les niveaux. Que ce soit la production, la distribution ou la réglementation, tous les domaines ont connu de nombreux changement au cours de l'année. Alors que le nombre de micro-brasseries est en constante augmentation et que les réseaux de distributions se multiplient pour atteindre de nouveaux consommateurs, le monde brassicole a également avancé dans sa reconnaissance institutionnelle, avec de nouvelles lois et la mise en valeur de la culture bière belge par l’Unesco.


Portée par une culture de la bière retrouvée, cette redistribution des cartes s'accompagne d'une multiplication des goûts et des couleurs, qui redéfini les codes de la Brasserie en profondeur. Une petite révolution, qui remettrait presque en cause notre définition de la Bière. Lorsque l’on prend l’hétérogénéité des marchés au niveau international (des bières traditionnelles au mouvement craft beer, en passant par les bières collaboratives) et les attentes des divers acteurs et des consommateurs, on peut parfois se poser la question de savoir si la perception de la bière est bien la même pour tout le monde.

 

Revenons sur quelques évènements marquants de cette année 2016 :  


Plus de 1000 Brasseries en France


Au mois d’octobre dernier, la barre symbolique des 1000 brasseries a été atteinte en France. Un retour à la normale diront certains... Après des décennies de standardisation et de concentration des moyens de production, il est vrai que le paysage brassicole français avait bien besoin d'un renouveau, car la culture et le goût de la bière eux n’ont jamais disparu ce qui explique certainement l’engouement des Français. Un renouveau bienvenu, qui n'est donc visiblement pas prêt de s'arrêter. Avec un nombre de brasserie en constante augmentation, les amateurs et zythologues de l'Hexagone n'ont pas fini de savourer leur plaisir !

 

Développement des Réseaux de Distribution : Caves, Ventes en Lignes et Grandes Distributions.


En parallèle de la production, la commercialisation de la bière connaît également un essor important. L'année 2016 a ainsi vu l’ouverture de plusieurs dizaines de nouvelles Caves à Bières, qui se font une joie de trouver des perles rares et de les présenter aux consommateurs, qu'ils soient avertis ou néophytes. Sans compter sur les caves à vins et les magasins gastronomiques et terroirs qui s’ouvrent à ces boissons locales.
Les sites de ventes en lignes ont eux aussi participé à ce renouveau en développant notamment de nouvelles offres et solutions packaging. Coffrets découvertes, calendriers de l'Avent bière… Ils n'ont pas manqué d'ingéniosité pour satisfaire les consommateurs et leur soif de découvertes.
L’autre nouveauté est l’ouverture des rayonnages des grandes enseignes aux microbrasseries et brasseries indépendantes en France. En effet, si  cela est maintenant courant au Québec ou en Belgique, la production française ne permettait pas jusqu'alors l'approvisionnement régulier des chaînes de grande distribution. Pour que ces évolutions soient possibles, il aura fallu attendre que certaines des nouvelles microbrasseries françaises atteignent un seuil de production (ex : Gallia, Parisis, Ninkasi…) qui permettent l’approvisionnement régulier de ces chaînes (ex : Carrefour, Monoprix, Simply Market, Franprix…). Comme leurs homologues Belges ou Québecois, les consommateurs de l'Hexagone peuvent donc maintenant découvrir des productions locales sans pour autant passer par les circuits spécialisés.

 

Houblon : Crise du houblon et bière houblonnée


L’engouement autour des Bières de Microbrasseries doit beaucoup à leurs « nouveaux » goûts. L’utilisation de Houblons très parfumés venus des quatre coins du monde (Amérique du Nord, Australie, Japon...) doublée d’échanges de techniques entre brasseurs du monde entier, a en effet attiré de nombreux amateurs. Alors qu'ils ne consommaient que rarement cette boisson, ou  avaient établi une fidélité à un nombre très réduit de marques et de types, ils ont (re)découvert de nouvelles saveurs, notamment avec les bières collaboratives. Cette nouvelle dimension donnée à la bière n'est cependant pas sans conséquences. On peut ainsi se demander si avec les aléas climatiques, ce n’est pas l’utilisation croissante de ces nouvelles variétés qui a provoqué une petite crise du houblon en 2015, marquée par une baisse de 30 à 40% de la production. Heureusement, la récolte de septembre 2016 et le développement de la filière dans le monde entier permettent d’envisager les prochaines années avec plus de sérénité et de possibilités.

 

Evolution des lois


En avril 2016, (mis à part la création de BtoBeer ! ☺ ) lors du Salon du Brasseur de St Nicolas de Port, les microbrasseurs ont décidés de se fédérer autour du Syndicat National des Brasseurs Indépendants (SNBI).
Le SNBI et le SNB (syndicat des Brasseurs de France) ont permis de faire évoluer les lois françaises sur la Bière, contrôlées depuis plusieurs années par la DGCCRF (Direction Générale de la concurrence et de la Répression des Fraudes) sur plusieurs points. Il en résulte le décret N°2016-1531 du 15 novembre relatif à la composition et à l’étiquetage des produits brassicoles. Les points importants de ce décret concernent d’une part l’autorisation de nouveaux ingrédients dans les recettes, notamment l’usage d’herbes et d’épices s’ils n’altèrent pas le goût du produit final par leur typicité, d’autre part la possibilité d’additionner à la bière toute matière végétale admise dans l’alimentation et celles à propriété colorante, et enfin sur l’ajout de miel ou de boissons alcoolisées si ceux-ci n’augmentent pas le degré alcoolique de plus de 0,5% en volume. Il faut dire que jusqu’alors, une bière comportant du miel n’était pas considérée comme une bière mais comme une cervoise. Les appellations et les labels restent encore à ce jour un peu floue (Bière d’Abbaye, Vin d’orge, Milk stout,…). Les différents acteurs continuent de travailler pour continuer à adapter aux mieux la réglementation à la réalité du marché.
De l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, une nouvelle loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales (PL88) et son règlement relatif à la vente de bière pour consommation dans un autre endroit, va enfin permettre aux Brouepubs (les Bar-Brasseries qui servent leurs propres productions sur place, à la différence des Microbrasseries qui n’assurent que la production) de vendre leurs bières à emporter. De nouvelles perspectives de développement s’ouvrent ainsi.

 

La Culture de la Bière Belge reconnue par l’UNESCO


Avec plus de 200 brasseries, 1500 types de bières et ses fermentations spontanées, la culture de la bière en Belgique est désormais reconnue par l’Unesco. Un bel hommage rendu aux Brasseurs (et Consommateurs !) Belges, qui ont su entretenir et développer cet héritage multiculturel (Allemand, Anglais, Espagnol, Flamands et Français) depuis plus de 1000 ans. Leurs homologues du côté du Nord et des Flandres Françaises pourront toutefois se sentir oubliés, eux qui l’ont également entretenu et qui auraient légitimement pu prétendre à la même reconnaissance. Gambrinus, le roi de la Bière Franco-Belge, n’est-il pas un personnage qui ignore les frontières ? Lui qui est soit né carillonneur à Fresnes-sur-Escaut, soit identifié à l’illustre Jean-sans-Peur, le Duc de Bourgogne, qui permit aux Flandres de devenir le centre de la culture du Houblon pour la Bière en Europe…

 

2016 restera donc dans les annales comme une année charnière pour la Bière. Marqués du sceau de la pluralité et de l'ouverture, ces douze derniers mois ont en effet apporté de nombreux changements au monde brassicole, à tel point que l'on pourrait presque parler de bouleversement tant notre perception de la bière a évolué. Mais cette évolution de la production n’est ni abstraite ni arbitraire ! Désormais reconnues par les réglementations, c'est bel et bien une réalité concrète (cf le Surréalisme et Magritte… ;) ). Alors même si CECI n’est pas une Bière, nous levons notre chope à toutes et à tous, en vous souhaitant une excellente et heureuse année 2017 !

 

ceci n est pas une biere

 

Ref :

www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-culture-de-la-biere-en-belgique-01062

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/houblon-la-recolte-2016-s-annonce-bonne-1084239.html

http://brasseurs-independants.fr/cga-modification-biere-snbi-brasseurs

www.lavoixdunord.fr/82780/article/2016-11-30/la-biere-belge-inscrite-l-unesco-pourquoi-pas-nous

 

 

Vous devez vous inscrire pour écrire un commentaire. Inscrivez-vous!

Ce site peut utiliser des cookies pour gérer l'authentification.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.