×

Avertissement

JCacheStorageFile::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/beerbecoou/www/cache/com_content
Bières Africaines traditionelles et inustrielles

 

Avec 5% de croissance par an en moyenne jusqu’à 2020 et 300 millions de nouveaux consommateurs potentiels de bières qui sont attendus d’ici 2030, une production de bières traditionnelles intégrée dans une économie circulaire avec des aspects sociaux de convivialité et d’intégration, les chiffres du marché et la culture de la Bière en Afrique sont impressionnants et attirent la curiosité.

 

Tout d’abord par ses acteurs, 2/3 de la production étant des bières traditionnelles,-les « calebassées », mot d’origine burkinabé, car bues dans des calebasses-, fabriquées « maison » avec des ingrédients locaux très spécifiques (sorgho, millet, manioc, banane,…), leur production et leur consommation revêtent également des aspects sociaux-culturels importants. En effet les bières traditionnelles descendent pour la plupart du Zythum, bière égyptienne fabriquée dans l’Antiquité, leurs histoires et leurs évolutions sont multimillénaires. D’un autre côté, de grands groupes internationaux qui se partagent la plus grande partie de la production des bières industrielles, les bières dites « cravatées » car embouteillées et étiquetées, en s’adaptant de plus en plus aux goûts et ingrédients locaux.

 

 

Alors que la consommation de bière moyenne en Afrique est de l’ordre de 10 litres par an par habitant, (30 pour la France, 68 pour l’Angleterre, 106 pour l’Allemagne) ce chiffre est très variable selon les pays, ainsi l’Angola et l’Afrique du Sud sont à plus de 60 litres, et c’est oublier qu’une grande partie des africains ne boit pas car étant de confessions musulmanes même si des dérivées comme les boissons maltées et de types porridges fermentés fluides sont très consommés dans les pays d’Afrique. Enfin économiquement, là où en moyenne il faut 17 minutes de travail à un américain pour acheter une pinte de bière, un africain a besoin de 2 à 6 heures…

Quoi qu’il en soit, aller à la découverte des bières africaines traditionnelles c’est aussi aller à la découverte des origines et des bases du brassage au travers du maltage et de la fermentation !

 

I Production Artisanale : les bières calebassées !

 

Elles se nomment Dolo, Tchapalo, Tella, Billi Billi, Tchoukoutou, Chibuku, Umqombothi, … selon les pays, mais aussi selon les céréales et ingrédients utilisés : mil, sorgho, éleusine, maïs, manioc et même banane !

La fabrication de bières artisanales traditionnelles, est le plus souvent réservée aux femmes, appelées par exemple Dolotières dans les pays du Dolo, organisées en corporation, surtout en Afrique de l’ouest. Les recettes sont transmises à travers les générations, de mère en fille car les hommes sont tenus à l’écart de l’élaboration. Entre la trempe du malt et la fermentation, une dizaine de jours en moyenne sont nécessaires. Les méthodes de brassage diffèrent selon les céréales et plantes utilisées et la « destination » de la bière, un kilo de mil par exemple permet de produire entre 2 et 6 litres de bières de « consommation » ; les bières « cérémonielles » contiennent quant à elles jusqu’au double d’eau et sont brassées avec les variétés de céréales les plus anciennes. Des boissons maltées non fermentées, dérivées pour la plupart du processus de la bière, sont également produites et destinées entre autres aux enfants.

Les bières traditionnelles, dont les principes de maltage et de fabrication sont assez similaires aux bières européennes de fermentation hautes, ne sont ni filtrées ni pasteurisées, assez opaques, elles sont très instables car leurs fermentations lactiques puis alcooliques ne sont pas contrôlées, et peuvent donc prendre rapidement +5° alc et tourner à l’aigre en quelques jours. Les bières artisanales ont toutes une palette de tonalité allant des clairs aux très foncés, contenant entre 2 et 6% d’alcool. Elles sont consommées très rapidement après leur fabrication, en général dans les 24 heures (jusqu’à 3 jours), bues dans une calebasse partagée, parfois avec une paille afin d’éliminer le maximum de résidu, méthode utilisée depuis l’Egypte antique. Très nutritive, elles sont aussi considérées comme un « pain liquide ». L’assimilation de fer à partir de bières au sorgo ou au maïs serait ainsi plus de 12 fois supérieures à ce qu’elle serait à partir de ses composants. Elle constitue une part importante de l’alimentation des paysans et des plus pauvres dans certaines régions et est consommée par tous, hommes comme femmes, dès l’adolescence.

 

 

Revêtant aussi une dimension religieuse et sociale, on l’offre en présents aux familles pour les baptêmes, les mariages et les enterrements, servant d’offrande aux figures sacrées et aux ancêtres des villages dans les rituels anciens. La bière est par exemple très présente dans la culture Dogon au Mali, où la première part de la production est donnée avant sa vente aux parents défunts de la brasseuse pour se prévenir de leur irritation, et où elle sert à élire l'homme le plus puissant de l'assemblée des sages lors de joutes oratoires. Au Congo, chez les Nande, la bière de banane est partagée entre 5 calebasses, pour le chef, le propriétaire de la bananeraie, le propriétaire de l’auge, les brasseurs, et le reste du village (et le commerce), coutume démontrant le rôle social et non commercial de la bière traditionnelle. Dans le sud de l’Afrique, la bière est aussi offerte en signe de Bienvenue, et l’on s’enquiert très vite du goût des visiteurs pour celle-ci.

La bière est également partie intégrante de l’économie rurale, les 2/3 des bières vendues en Afrique sont ainsi des bières traditionnelles « faites maisons » que l’on trouve facilement sur les « marchés de bières » et dans les cabarets et les bars, dégustée avec de très longues pailles dans des calebasses, elles y sont bien moins chères aussi que les bières classiques produites avec des malts et des houblons importés. Les bières traditionnelles servent parfois de moyen d’échange. S’inscrivant dans un système circulaire où culture et agriculture sont étroitement liées, la bière joue un rôle essentiel dans les échanges et la convivialité.

 

Les Variétés de Bières traditionelles

 

On peut distinguer 3 grands groupes de bières artisanales africaines en fonction de l’origine des amylases (les enzymes nécessaires à l’hydrolyse de l’amidon) :

Les bières fabriquées à partir de malts obtenus de différentes céréales germés : sorgho, mil, éleusine, teff, fonio, maïs,.. Parmi les bières les plus connues : Dolo, Tchapalo, Tella,…

Les bières produites par la fermentation d’une bouillie de fruits ou de plantes (banane ou manioc,…) sans nécessairement effectuer les opérations de maltage bien que de la farine de malt soit ajoutée pour activer le processus enzymatique. Dont les bières Kasiksi, Mbégé, Urwagwa,…

Les bières obtenues à partir des amylases des racines, d’écorces ou de feuilles,-qui ont parfois des propriétés médicinales ou même aphrodisiaque-, qui liquéfient instantanément l'empois d'amidon formé par la cuisson des céréales ou des plantes cuites au préalable. Dont la bière Munkoyo ,…

 

Bières de Malts

 

En Afrique, les variantes régionales les plus connues sont les Dolos et les Tchapallos à l’ouest, les Chibukus dans le sud et les Tellas à l’est qui diffèrent par les céréales utilisées. Parmi les céréales les plus cultivées, le sorgho compte 25 variétés destinées à la bière. Les sorghos rouges sont les plus employés pour les bières traditionnelles. Boisson trouble, elle a un léger goût de levure et est un peu acide. Riche en calories, en vitamines B (thiamine, acide folique, riboflavine et acide nicotinique), et en acides aminés essentiels telle que la lysine, elle participe à hauteur de 20% à l’alimentation des populations dans certaines régions.

 

 

L’originalité de ces bières est le maltage des céréales préalable, processus qui permet d’établir un certain parallèle avec les bières classiques européennes puisque les étapes sont identiques.

Le maltage du sorgho pour le Dolo par exemple, est constitué de 3 étapes, d’abord le trempage qui permet de laver et d’améliorer la résistance mécanique et thermique des grains, suit la germination à basse et haute température afin d’activer le processus enzymatique, enfin le touraillage, séchage qui permet de stopper ce même processus après avoir retiré le malt vert. À l’issu du maltage, le grain est concassé en farine plus ou moins grossière pour l’empâtage.

Par la suite, le brassage est effectué sur plusieurs jours avec différentes étapes de séparation et de réincorporation du dépôt et du liquide, et de cuissons. Après décantation de l’empâtage, le dépôt est mis à cuire pour faire bouillir les matières insolubles puis réincorporé au liquide surnageant provenant de la décantation et cuit. La « salade » du mélange est cuite à 80° puis mise au repos, passant progressivement du brun à l’orangé et de l’acide au sucré.Après filtration, le mout est porté à ébullition pour le concentrer et l’ensemencer avec du levain provenant de précédents brassages, (la levure la plus rencontrée est la Saccharomyces cerevisiae, utilisée depuis la Haute Antiquité pour le pain, le vin et la bière, qui transforme les sucres fermentescibles en alcool et en gaz carbonique), afin d’activer la fermentation alcoolique et lactique qui se déroule sur une dizaine d’heure la nuit, la température idéale de fermentation étant de l’ordre de 20°C. Avec 3% d’alcool en moyenne, la bière mise en jarre est prête à être vendue au petit matin.

 

schema fabrication dolo biere sorgho millet

 Schéma de fabrication des bières Dolo (d'après E. Jolly, et JP Hébert et D. Griffon)

 

Bière de Fruits et de Plantes 

 

Les bières à base de banane et de manioc sont les plus communément trouvées dans cette catégorie. En fonction des régions, on leur ajoute des malts de sorgho, de millet ou bien de maïs mais leur fermentation est due à leur murissement forcé.

 

 

Cinq étapes sont ainsi nécessaires à la fabrication de la bière de banane. Tout d’abord, le mûrissement des fruits en fossé, préchauffés et recouverts de feuilles de bananes, ou sur claie au-dessus d’un fourneau pour plusieurs jours. Puis, l’extraction du jus par le pressage de la pulpe des fruits effectuée à l’aide de touffe de graminées telles les inflorescences de papyrus, suivie de la récupération du moût. Après filtration à l’aide de plantes, la fermentation est activée par l’ajout d’additifs, d’eau et de malts dont les enzymes servent à la dégradation de l’amidon de banane en assurant en parallèle la fermentation lactique. La fermentation dure 24 à 72h, sa teneur en alcool finale oscillera entre 2 et 5°. Enfin l’affinage, où la bière est de nouveau filtrée puis refroidie et stockée. La bière de banane se conserve presqu’une semaine. Assez calorique elle est riche en vitamine B, en protéine et en acides aminées.

schema fabrication biere banane

 Schéma de fabrication des bières de bananes (d'après Delaude, Mulkay, Ngoy, Pauwels)

 

Bières de Racines 

 

Une des bières des plus curieuses est sans doute la Munkoyo, préparée avec la racine du même nom, en Zambie et au Congo. En effet, les amylases de cette racine - les enzymes qui interviennent dans le processus de saccharification- ont de grandes similitudes avec celles du malt d'orge, et le remplacent donc.

 

 

Cinq étapes se succèdent pour sa fabrication. Après avoir préparé une farine (maïs, manioc ou sorgho) qui sert à l’empâtage, la cuisson permettra d’obtenir de l’empois d’amidon qui sera liquéfié par l’ajout de racines de munkoyo. À l’issu d’une première filtration, une fermentation spontanée démarre, alcoolique et lactique. L’affinage accompagné d’une dernière filtration est réalisé en fonction de sa destination. En effet, le munkoyo se boit soit frais (0,43% d’alcool) pour les enfants, soit partiellement ou complètement fermenté.

 

Schéma de fabrication des bières munkoyo racine

Schéma de fabrication des bières munkoyo (d'après JP Hébert et D. Griffon)

 

 

II Production Industrielle : les bières cravatées !

 

Si des brasseries modernes ont été créées dès le 17ème siècle en Afrique (1664 en Afrique du Sud), le véritable essor est apparu au 19ème siècle. L’Afrique a ainsi vu se constituer SAB-Miller, l’un des plus grands groupes de bière des dernières décennies, racheté en 2015 par AB Inbev pour 106 milliards de dollars.

Quatre grands conglomérats sont actuellement présents en Afrique et se partagent près de 90% du marché officiel de la bière : Ab Inbev- SAB Miller surtout présent dans les pays d’Afrique australe et orientale avec une production de plus de 450 millions d’hectolitres, en seconde position le groupe français Castel présent dans les pays francophones d’Afrique de l’Ouest et centrale depuis les années 60 au travers de sa filiale Brasseries et Glacières Internationales et produisant environ 60 millions d’hectolitres (2014), Diageo (EABL, Guiness) et Heineken.

 

 

Ayant pu bénéficier dans certains pays de situation de quasi-monopole par le passé grâce à des accords avec les gouvernements, ou d’alliance entre les groupes comme celui entre SAB Miller et Castel depuis 2001 ou de EABL et SAB Miller dans les années 90, les marchés commencent à se redévelopper. D’autres acteurs plus petits commencent à s’implanter comme par exemple Bavaria en Ethiopie. Ce sont ainsi des dizaines de marques qui se côtoient en Afrique, même si chaque pays possède sa ou ses marques nationales.

 

 

Si les bières industrielles produites en Afrique sont surtout des Pills, et quelques stouts, la production commence à évoluer. Plusieurs gouvernements ont établi des régimes fiscaux spéciaux pour favoriser le développement des cultures, stimuler leurs utilisations dans la production de bière, et ainsi développer l’économie locale car cela permet aux agriculteurs de bénéficier de meilleurs revenus que par les canaux traditionnels en ayant des débouchés assurés pour leurs productions. Les matières premières importées comme le houblon ou les malts sont ainsi très largement taxées, jusqu’à 100% !

Conséquence, les industriels s’intéressent aux ingrédients des bières traditionnelles et commencent à produire à large échelle des bières classiques à base de sorgho, d’igname ou de manioc qui coutent moins chers, 70% du prix d’une classique, grâce également aux baisses des droits d’assises. Les importations d’orges ont ainsi été réduites de 40%, et les brasseurs industriels se tournent de plus en plus vers les métiers de l’agriculture et de l’agroalimentaire en prenant des participations ou en créant progressivement des cultures de houblons (AB Inbev-SAB Miller en Afrique du sud) ou bien de céréales (Diageo avec du sorgho également en Afrique du sud).

 

 

D’ailleurs, ce n’est pas que les grands brasseurs industriels ne se sont jamais intéressés aux bières traditionnelles. En effet, l’une d’elle, la Chibuku, est produite de manière « industrielle » depuis 1950 en Zambie. Commercialisée dans 11 pays, elle fait partie du portefeuille de SAB-Miller depuis 1999. Vendue en brique, la star de la gamme s’appelle la « Shake-Shake » car, comme son nom l’indique, il faut bien secouer afin de remettre les particules en suspension avant de la consommer. Sa fermentation reste incontrôlée, et le taux d’alcool passe de 0,5 à 4% en quelques jours. Pour pallier à ce défaut, la dernière-née de la gamme la Shibuku-Super est pasteurisée afin de fixer son % d’alcool et lui donner une plus longue durée de vie.

 

 

Le marché africain de la bière, au potentiel considérable, est en continuelle évolution tant dans ses acteurs que dans ses processus, et son paysage pourrait même encore évoluer avec l’arrivée des Microbrasseurs. Si on en compte déjà plus d’une cinquantaine en Afrique du Sud, ils émergent progressivement ici et là dans les autres pays, comme Inland au Ghana ou bien Divouba au Congo. À l’image de cet énorme et magnifique continent et de sa diversité, les bières d’Afrique ne cesseront de nous étonner et de nous inviter à l’exploration et l’expérimentation.

 

 

btobeer africaV.F. 

 

Références :

Boire avec esprit: bière de mil et société dogon - Eric Jolly - Publications de la Société d'Ethnologie - 2004 : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100652720

Parallele entre les bières industrielles et les bières traditionelles africaines :http://canettecontrecalebasse.chez.com/accueil2.html

La préparation de bière de sorgho chez les ɟóòhé (Burkina Faso), étude ethnolinguistique d'une technique - François Belliard : http://www.persee.fr/docAsPDF/jafr_0399-0346_2001_num_71_2_1269.pdf

SABMiller in AfricaThe beer frontier : http://www.economist.com/news/business/21602999-long-established-african-firm-went-global-only-find-fastest-growing-market-was-its

Boissons : Castel défend sa citadelle en Afrique : http://www.jeuneafrique.com/mag/282399/economie/boissons-castel-defend-citadelle-afrique/

Bières et vins : l’empire Castel en Afrique :http://www.jeuneafrique.com/282209/economie/infographie-bieres-et-vins-lempire-castel-en-afrique/

Les levures et les bactéries lactiques impliquées dans les bières traditionnelles à base de sorgho produites en Afrique subsaharienne : http://www.pressesagro.be/base/text/v18n2/209.pdf & http://popups.ulg.ac.be/1780-4507/index.php?id=11063

Characteristics of African traditional beers brewed with sorghum malt: a review : http://popups.ulg.ac.be/1780-4507/index.php?id=9217

La bière de banane : http://www.bananier.fr/recette/biere.htm

Bouillon de Culture Nande: Le bananier (E’mboko) : http://www.congoforum.be/fr/congodetail.asp?subitem=20&id=10980&Congofiche=selected

Liste des Microbrasseries Sud Africaines : http://craftbru.com

 

Bonus

 

Suite -> Les ingrédients de la bière en Afrique

 

IVème Partie de notre Dossier sur les Emballages
Nous parlerons dans cet article de tous les aspects de l’utilisation des coffrets, des divers types, et de tous les aménagements pour les rendre plus efficaces.

Nous avons analysé dernièrement le phénomène « Bières de l’Avent » et les packagings bien particulier qui en découlent, mais il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine de la fête, de l’évènementiel et du cadeau (Anniversaires, fêtes des pères et des mères, saisons, fêtes religieuses, etc ..etc ..)
Les coffrets sont particulièrement bien adaptés à la vente de bière dans ces contextes.

 

Nous pouvons distinguer plusieurs types de coffrets :


     -    coffrets avec des produits identiques
     -    coffrets avec des produits différents, comme des cadeaux dits GWP (Gift with Purchase) (exemple 4 bouteilles + verre, bouteille + pad, …)
     -    coffrets avec d’autres produits de marque différente (cobranding) et/ou complémentaire (coffret régionaux)
     -    coffrets aux formes innovantes et suggestives, exemple : en forme de livres, en forme de tonneaux, etc

 

Définition :

Les coffrets sont des conditionnements à la réalisation soignée, destinés à contenir un certain nombre de produits identiques ou variés et à véhiculer des valeurs, et la communication marketing et commerciale du brasseur.
Les coffrets sont des conditionnements destinés en plus à satisfaire les besoins de l’acheteur, sans oublier que souvent l’acheteur les acquiert pour à son tour en faire cadeau.
Ils accroissent la valeur perçue des produits contenus, ce sont des conditionnements promotionnels indispensables.

 

Ces Unités de Vente Consommateur (UVC), ne sont plus seulement des contenants protecteurs, mais sont aussi de véritables Outils, ou avocats muets pour promouvoir et faciliter les ventes de vos produits, en mettant en valeur leurs qualités, et d’autres éléments qui vous semblent important a communiquer à l’acheteur ou consom-acteur selon les points de vue.
Ils doivent le séduire et le valoriser à plusieurs moments, au moment où il l’achète, au moment où il le donne et au moment il déguste la bière.
Ainsi ces coffrets doivent satisfaire des besoins fondamentaux : appartenance, estime de soi, accomplissement. Ils seront des Outils essentiels dans la différentiation de l’offre, occasionnelle ou standard.
Pour les rendre efficaces, des trésors de créativité dans les formes, dans le choix du décor et du texte imprimé devront être déployés.
La forme est tout aussi importante que l’imprimé pour la reconnaissance première et pour la mise en valeur de l’objet « coffret » car ces formes peuvent s’assimiler à une impression en trois dimensions, permettant une reconnaissance immédiate plus aisée. Tenir compte que sur le linaire le client potentiel n’a que 10 à 15  secondes pour se décider et que 76% des achats se font au dernier moment dans le magasin ???

Ne pas oublier que pour satisfaire les besoins fondamentaux de l’amateur éclairé de bière, le décor doit raconter une histoire (Storytelling) , transmettre l’univers de la marque, un univers festif ou autre selon les choix du brasseur.
Que le décor soit sobre ou sophistiqué, bien sélectionner les couleurs et les images imprimées est fondamental, cela fait partie de ce Storytelling.

 

Utilisation des Codes QR :

Profitez aussi de ces conditionnements qui finissent leur vie chez le consommateur, pour instaurer un dialogue direct avec lui et mettre en valeur votre passion, vos méthodes, les produits utilisés, leurs origines, etc…. Ceci est possible aujourd’hui par l’intermédiaire des connections internet, en passant l’impression de QR codes ou autres codes lisibles par l’appareil photo de nos portable 3 et 4G, et d’un site propre au brasseur adapté à cette communication. Notons que les derniers développements de Heineken semblent s’être affranchi de l’impression de codes. Il permet grâce à un système appelé « Heineken Project » de se connecter tout aussi bien à un site spécifique.
Ce type de communication est un instrument incomparable de fidélisation et de développement des ventes.  Où que l’on soit, avoir l’impression au moment de la consommation d’être en relation avec le brasseur est très convivial et valorisant. Le coffret est le premier support de ce type d’interface.

 


  
Les coffrets de demain seront intelligents, il est envisageable par exemple de doter ces coffrets de plus d’interactivité comme l’installation de puces RFID (Radio Frequency Identification) permettant de dialoguer avec le consommateur sur les lieux de vente ou sur les lieux de consommation.

 

UVC , RSE, REP, Ecotax, ECO-Friendly Packagings

Comme ces coffrets finissent leurs vies chez le consommateur, les brasseurs qui utilisent ces types de packaging (UVC) doivent s’être acquittés des eco-taxes dans le cadre de la Responsabilité Elargie du Producteur (REP). Cette écotaxe permet aux organismes récipiendaires, de prendre en charge la collecte sélective, puis le recyclage ou le traitement des déchets issus de ces produits.
Sur ces emballages, l’impression du logo du point vert et des consignes n’est pas obligatoire, mais le faire, permet de diminuer le montant de l’eco-taxe, et met en valeur les actions écologiques et développement durable entreprises par le brasseur. Sur ces emballages, on peut mettre aussi en valeur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), c’est à dire « la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable », et la sensibilité écologique du brasseur.
C’est important, car au moment de l’achat, 40%, des consommateurs se déclarent sensibles aux valeurs écologiques et sociétales transmises par l’emballage (Communication écologique, papier recyclé, recyclabilité), suivant une étude de juillet 2016 du salon de l’emballage All4Pack.
Penser aussi que ces coffrets ne sont pas des coffres forts, très difficiles à ouvrir et à refermer. Prévoir donc des indications pour l’ouverture. Penser aussi que ces coffrets une fois vides devront être évacués  vers un conteneur spécialisé pour le recyclage. Penser à une remise à plat facile, le consom-acteur vous en sera reconnaissant.  

Au chapitre de la sensibilité écologique et du développement durable, il est peut être intéressant d’orienter la conception du coffret vers une réutilisation de ce coffret, une seconde vie l’upcycling. Le principe de cette tendance est de concevoir le coffret aussi en vue d’une transformation en d’autres utilisations, d’autres contenants, boîte de rangement, mallette temporaire, dossiers, support de jeux, (puzzle, tangram, …),  etc ….. La cohérence de cette deuxième utilisation avec le produit contenu peut être un atout supplémentaire.
A ce niveau toute votre créativité et de celle de vos fournisseurs peut être sollicitée.

 

 

Enfin, il nous semble que ces conditionnements, par la complexité de la communication imprimée, peuvent tomber sous le couperet de la loi Evin (Un juge des référés de Paris a affirmé que si le conditionnement d’une boisson alcoolique constitue une forte incitation à la consommation, il relève alors des dispositions législatives de la loi Evin) ; aussi, il est peut être nécessaire d’imprimer visiblement sur ces coffrets les messages sanitaires de modération de la consommation avec logo de mise en garde pour les femmes enceintes.

 

Type d’impression :

Parlons aussi du type d’impression. Comme nous sommes dans le domaine de la communication et de séduction, ici toutes les techniques, comme l’offset, l’impression flexographique fine, la sérigraphie, et le numérique,  sont en première ligne. Probablement même, que pour obtenir une plus grande personnalisation, la combinaison du numérique avec les autres principe d’impression sera à envisager.
Tous les types de vernis sont aussi à prendre en compte, pour créer de l’émotion tactile et visuelle au moment de l’acte d’achat, et par la suite lors de la remise du packaging, à autrui come cadeau.
A considérer que lors de l’achat, le consom-acteur a souvent l’impression d’acheter un lapin dans un sac, car il ne peut gouter au produit contenu, qui est pourtant l’objet même de son achat.
Le packaging et la communication sur ces coffrets, sont donc là pour obtenir sa confiance.
On le sait, toute décision implique des émotions, et le poids des émotions est incontournable au moment de l’acte d’achat. Quoi de mieux que d’activer tous les sens de l’acheteur, et par là même ses émotions, pour créer chez lui de l’attrait pour le produit ?  
Ces coffrets peuvent donc être de fabuleux emballages sensoriels, ou les sens de la vue et du toucher peuvent être activés. Au travers de ces deux sens, donner au consom-acteur une idée de l’importance que la possession du coffret peut représenter en comblant toutes ses attentes. En plus du choix de la forme, du décor, sont a disposition aujourd’hui par exemple, plusieurs type de vernis qui permettent d’avoir tous les types de toucher recherchés.

 

A - Voici quelques exemples de coffrets avec des produits identiques :

 


B - Les coffrets avec des produits cadeaux différents, dits GWP (Gift with Purchase) (exemple 4 bouteilles + verre, bouteille + pad, …) Les coffrets contiennent souvent des verres typiques de cet univers.
Attention, la valeur du cadeau ne doit pas dépasser un certain pourcentage du prix TTC du pack. Voir le code de la consommation de la DGCCRF : Ne sont pas habituellement considérés comme des primes, les objets publicitaires et les échantillons, à condition que leur valeur ne dépasse pas un certain pourcentage du prix de vente du produit ou du service acheté à titre principal : 7% s’il est inférieur ou égal à 80 € ou 5 € plus 1% au-delà de 80 €, et ce, dans la limite de 60 €. Ces coffres doivent aussi comporter la mention « échantillon gratuit ne peut être vendu ». Ce type de conditionnement permet à la marque d’être présente sur les lieux de consommation d’une manière encore plus prégnante et durable.  

 

   

C - Autre type les coffrets avec d’autres produits de marque différente (co-branding) et/ou complémentaire (coffret régionaux)

 

Le Co-branding :  

(Définition du Mercator : Association de deux marques non concurrentes et appartenant à deux entreprises différentes signant de façon temporaire (co-branding promotionnel) ou pérenne un produit ou une gamme de produits et services.)
Sur le marché de la bière cette pratique date déjà de quelques années, rappelez-vous le Picon-Bière et plus récemment le Suze pour Bière.
Aujourd’hui il y a d’autres synergies possibles, d’autres complémentarités à développer, ce sont de nouveaux marchés entre deux ou plusieurs marques, produits, etc…  Certains de ces packagings développant la vente de produits régionaux (Brasserie de Bretagne avec fromages et soupe de poissons) (Produits basques).
Pourtant les coffrets utilisant le co-branding restent rares.

 

 


D - Les coffrets aux formes innovantes et suggestives, exemple : en forme de livres, en forme de tonneaux, etc , seront nos derniers exemples :

Reproduire la forme d’un livre pour un coffret est ouvrir, s’engouffrer dans un monde de connaissances, de madeleines de Proust. Cette forme est particulièrement propice à raconter une histoire.
Ces packagings offrent par ailleurs des surfaces imprimables importantes pour ce faire et sont bien assimilés à des cadeaux.

 

 

E – S’inspirer d’autres UNIVERS qui utilisent des coffrets:
Des packagings réalisés dans d’autres univers peuvent inspirer la création de coffrets surprenants et différentiant.

Comme nous l’avons rappelé dans notre article sur les packagings de l’Avent, une étude « Les Tendances en Emballage » réalisée par Mme Freidinger-Legay pour le salon « ALL4PACK », Salon de l’Emballage qui s’est tenu à Paris en novembre 2016, a démontré que les consommateurs sont en premier lieu en attente pour leurs packagings de services et de nouveaux designs.

 

 


Les études de tous ces coffrets, sont longues et complexes, prévoyez avec vos fournisseurs de les lancer longtemps à l’avance pour favoriser leur créativité.

Comme nous l’avons vu au début de cet article, les coffrets sont des outils promotionnels indispensables.
Les fournisseurs en s’adaptant à vos spécifications, vous feront gagner en originalité, en visibilité et en efficacité commerciale tout en recherchant les compromis nécessaires à une bonne maîtrise des coûts.

 

 

Retrouvez les autres parties du dossier Emballages Bières :

 

Introduction : Les Emballages des Bouteilles de Bière

 

I - Les Collerettes, Clips, Poignées et autres Emballages Portables

 

II - Packs, Hyper-Packs, Multi-Packs

 

Hors-Série : En Avent la Bière! La vague de fond des Packagings Calendriers de l’Avent

 

 

Retrouvez tous les emballages cartons dans le catalogue Smurfit Kappa


Votre opinion sur le sujet nous intéresse, n’hésitez pas à nous en faire part! Merci.
« La rédaction »

 


Cette année, nous avons été enthousiasmés par le nombre et le succès de Packagings-Calendriers de l’Avent que l’on trouve quasiment chez tous les distributeurs et caviste de bière en cette fin d’année 2016 en France et dans de nombreux pays. Certains sites ont même épuisés leurs stocks de ces packagings dès le début du mois de décembre. Nous nous sommes donc pris au jeu et avons faits nos recherches pour mieux comprendre ce phénomène et son engouement!

 

1 - Un peu d’histoire :

 

  images avent allemagne xixeme
 
 

Les Calendriers de l’Avent sont une tradition assez récente, soutenus et pérennisés par la féerie que représentent les fêtes de Noël.
La période couverte par ces calendriers va normalement du 4ème dimanche avant Noël jusqu’à la veille de Noël. Aujourd’hui, plus communément et plus commodément ce calendrier va du 1er Décembre au 24 décembre.
L’Advent (aujourd’hui Avent) du latin adventus, signifie avènement (arrivée), essentiellement préparer la venue des fêtes de Noël.

La tradition de se préparer aux fêtes de Noël est née il y a bien longtemps mais a été revivifiée en Allemagne au milieu du XIXème siècle.
Pour se préparer spirituellement aux fêtes de Noël, mais surtout pour faire patienter et intéresser les enfants à cette grande fête. A cette époque on distribuait chaque jour, des images pieuses séparées.
Avec les évolutions techniques et des matériaux des emballages, on a pu par la suite cacher ces images derrières des fenêtres détachables et numérotées dans un calendrier rigide en 3 dimensions. On ouvrait ces fenêtres jour après jour. Une dimension ludique lui était ajoutée.
Le packaging du Calendrier de l’Avent était né.

(ci-contre : Les Images distribuées en Allemagne à l’époque - Source : www.notrefamille.com)

Aujourd’hui, ces calendriers-packagings peuvent prendre diverses formes, suivant la fantaisie et la créativité de chacun, mettant en valeur des aspects artistiques, ludiques ou religieux inhérents à l’objet.
Pour susciter la curiosité des enfants et leur permettre de patienter, dans les années 1950 on a commencé par cacher des chocolats dans ces calendriers et de fil en aiguille on a fini par cacher toutes sortes de petits cadeaux, des friandises, des figurines etc.
Le processus de l’ouverture d’une fenêtre par jour, aiguise la curiosité des utilisateurs et les cotés pratiques, ludiques et religieux feront le succès de ces calendriers.

Des émigrés amenèrent cette tradition dans leurs bagages aux US, en Australie, et dans d’autres pays. La mondialisation de cet objet et de son concept était lancée. Au fil du temps, la signification religieuse s’est estompée, et le coté marketing de l’objet a pris le pas, mais cela n’a pas gommé totalement l’objectif puisque la dénomination et le caractère saisonnier du Calendrier de l’Avent sont gardés.

La marchandisation de toute chose aidant, va pousser divers producteurs à profiter de cet engouement pour valoriser des produits, sans jamais oublier les cotés artistiques et ludiques du contenant, tout en aiguisant la curiosité et le plaisir pour le contenu.

 

 

coffret calendrier de l avent 2

(Source : www.lovapourrier.com)

 

calendrier de l avent 3

(Source : www.teteamodeler.com)

 

Puis, entre autres Lego, Barbie, des chocolatiers etc.. se sont emparés de ce concept et de cette tradition en proposant des calendriers personnalisés à la marque et au produit :

 

calendrier de l avent lego

© Lego

calendrier de l avent barbie

© Barbie

calendrier de l avent fairtrade

© Fairtrade

calendrier de l avent kinder

© Kinder

 

   


Malgré ces évolutions, la magie de la fête reste, et l’on peut même en construire soi-même, en cachant derrière les fenêtres des petits mots personnels ou de bonnes actions à réaliser, …. Tout ce qui pourrait créer du lien social, familial, et de la convivialité.

 

2 – De la Bière de Noel au Coffret de l’Avent

 

L’accroissement concomitant du marché des bières spéciales, des micro-brasseries, et des circuits de ventes (les caves à bières indépendantes ou dans la GMS, les rayons spécialisés, et enfin et pas le moindre : les ventes en lignes) favorisent naturellement la découverte de nouvelles bières, il existe donc déjà sur ce marché des packs, des coffrets de dégustation, des coffrets saisonniers (bières de Printemps, Bières de Noel, etc…), des coffrets cadeaux, etc …

C’est donc tout logiquement que ces Packagings de l’Avent se sont inscrits dans ces développements en prolongement des packagings préexistants. Mais ce nouveau concept de Calendriers de l’Avent ajoute aux précédents contenants des cotés traditionnels, ludiques, festifs, artistiques et conviviaux ce qui aiguise la curiosité et le plaisir de la découverte du consommateur et à l’évidence favorise l’acte d’achat, en effet cela représente une forme « d’achat groupé » et leurs prix de vente rentrent complètement dans la moyenne du panier dépensé actuellement dans les caves à bières (entre 30 à 70€ à Paris, 100$ à Montréal).


Les Packagings de l’Avent vendus sur internet, sont distribués par messagerie et évidemment pour assurer la protection des bouteilles, leur conception sera différente et adaptée à ce circuit logistique.  Dans le même esprit de protection, pour préserver les belles impressions extérieures et parfois l’anonymat, ces packagings peuvent être suremballés dans des caisses basiques neutres.

A l’époque de l’eco-friendly, du « Paper art » et des objets « cardboards », les nouvelles générations sont également friandes de ces emballages carton, produits à partir de papier recyclé, facilement recyclables, et pratiques à disposer dans les bacs ad hoc.  

Ces Packagings de l’Avent représentent donc une belle opportunité de se différencier et de mettre en valeur la Bière dans une période ou l’on consomme généralement d’autres boissons pétillantes traditionnelles (Champagne, Blanc de Blanc,…).

 

Voci ci-après quelques exemples de ces conditionnements développés par des brasseurs ou des distributeurs du monde entier :

1 - Beercartel.com.au : Ce site propose plusieurs confections : caisse avec plusieurs coffrets, caisse imprimée, caisse portefeuille, ……

 

  coffret calendrier de l avent biere 7 coffret calendrier de l avent biere 8 coffret calendrier de l avent biere 9

 


2 - Ukcbn.co.uk/craft-beer-advent-calendars : Une caisse avec prédécoupes des fenêtres latérales, pour extraire les bouteilles :

  coffret calendrier de l avent biere 10

 

 

3 - Saveur-biere.com/en/beery-christmas : Caisse avec prédécoupes latérales mais avec une impression ludique qui a beaucoup fait le buzz cette année.

  coffret calendrier de l avent biere 11 coffret calendrier de l avent biere 12

 

 

4- Bieres-et-chopes.fr : une caisse hexagonale avec ouverture par le haut réaliseé par Smurfit Kappa Poitou

  calendrier avant bieres chopes smurfit kappa poitou coffret calendrier de l avent biere smurfit kappa

 


    

5 - Beerhawk.co.uk   : Une autre caisse avec prédécoupes latérales avec une impression quadri chromique tout à fait de circonstance :

  coffret calendrier de l avent biere 13 coffret calendrier de l avent biere 14

 


6 - Notonthehighstreet.com : Une caisse à montage entièrement manuel, explorant d’autres formes. Nous trouvons ce mimétisme avec le sapin du plus bel effet circonstanciel.

  coffret calendrier de l avent biere 15 coffret calendrier de l avent biere 16

 

 

ET APRÈS Noël : pour continuer de surfer sur la vague, certains brasseurs ou distributeurs ont déjà imaginé dans la continuité, des Packagings-Calendriers de l’Après. Nous trouvons ces nouveaux packagings drôles et originaux, voir les sites : Unepetitemousse.fr, Vandb.fr, Phillipsbeer.com

  calendrier apres bieres 1 calendrier apres bieres 2

 

 


Ces quelques exemples démontrent, que ces conditionnements sont de véritables supports évènementiels, d’opportunités à saisir et de développements des ventes saisonniers. Ils feront merveilles dans les rayons de la grande distribution, sur les étals des caves à bières, magasins spécialisés et ou sur les sites d’e-commerce.

Vu le développement des ventes de l’ensemble des bières en France (3,1% en 2015 au total), ces conditionnement représentent pour les bières spéciales et les prémiums, un moyen de se différencier, sur ce marché, par le concept et toutes les possibilités d’impressions et de formes imaginables. Comme déjà dit, les concepteurs des fournisseurs ne sont pas avares d’innovations, et nous en connaissons chez notre partenaire Smurfit Kappa qui se feront un plaisir d’étonner et surprendre vous-même et vos consommateurs.

Une récente étude « Les Tendances en Emballage » réalisée par Mme Freidinger-Legay pour le salon « ALL4PACK », Salon de l’Emballage qui s’est tenu à Paris en novembre 2016, a démontré que les consommateurs sont en premier lieu en attente pour leurs packagings de services et de nouveaux designs. Profitez-en. Le tableau joint, tiré de cette étude, vous donne aussi toutes les autres fonctions que les emballages devraient avoir. Plus haut, nous avons insistés sur la forme ou le design, mais toutes les autres attentes listées sont à prendre en considération.  Par exemple les diverses possibilités de réutilisation de ces packagings par les consommateurs, qui peuvent être des éléments facilitant le ré-achat et ainsi la fidélisation à la marque et au produit.  

 

  axes innovation emballage


   
Les études de ces Packagings de l’Avent, sont longues et complexes, prévoyez dès maintenant de lancer des offres pour l’année prochaine.  

Nous sommes sensibles à vos opinions sur le sujet, A vous lire ! :)

 

 

Btobeer animait son premier stand au Salon du Brasseur 2017 qui s’est tenu les 21 et 22 avril à Saint-Nicolas-de-Port. Les 4 partenaires conditionnement, Verallia, Smurfit Kappa, Beertoprint et GAI France, étaient présents sur le stand qui était pour cette occasion habillé dans une matière propre au conditionnement -en Kraft- en l’honneur des bières Artisanales, « Craft beer » en anglais.

 

Organisé comme un parcours permettant aux visiteurs de prendre des informations sur les bouteilles, puis les étiquettes, le matériel d'embouteillage et d’étiquetage, et enfin les emballages en carton pour la bière.

 

 

#Kraft4Craft

 

Verallia a ainsi présenté ses tout derniers modèles Sélective Line la Paris et la Praga, sa nouvelle teinte ébène exclusive, ainsi que son service en ligne grand-public Boboco.fr, qui est idéal pour tester des modèles de bouteilles ou pour les toutes petites quantités (commandes de moins de 300 bouteilles). A l'occasion du Salon du Brasseur, Boboco.fr offre aux participants du salon les frais de port pour toutes inscriptions sur le site pendant encore quelques jours. Des démonstrations de l'application de création de bouteilles en réalité virtuelle,  Virtualglass ( iOS –  Android ||  Cible - Guide ) ont également été effectuées.

Beertoprint a quant à elle présenté son nouveau service en ligne d'impression d'étiquettes très efficace, les brasseurs, -qui conçoivent de plus en plus par eux-mêmes leurs étiquettes-, en envoyant leurs fichiers (200 à 300dpi - pdf, jpg ou Tiff) n'ont plus qu'à sélectionner toutes les caractéristiques taille, découpe, type de papier, finitions supplémentaires comme les dorures à chaud et vernis, les gaufrages, les sens d'enroulement des bobines,… Les formules de livraison sont souples, une livraison Express sous 48heures est ainsi possible.

Gai France représenté par 2 de ses meilleurs spécialistes, Messieurs Fiard et Lhuillier, ont pour leurs parts répondu à toutes les questions sur le choix idéal de matériels d'embouteillages. Du Tirage à plat pour la fermentation basse avec la ligne S aux Becs électropneumatiques avec les MLE. Des tireuses manuelles étaient en démonstration sur le stand de son distributeur, Gauthier adjacent de celui de BtoBeer.

Smurfit Kappa représenté par son usine de Lorraine, concluait cette chaîne conditionnement avec une belle exposition de sa gamme d'emballages pour bouteilles de bière provenant de toutes ses usines de France. Ses dernières innovations étaient présentes, comme les collerettes 4 bouteilles, les coffrets spéciaux avec verres ou sa solution Prinkjet d'impressions petite série (SK Distribution).

 

 

Notre autre partenaire houblons, le Comptoir Agricole était quant à lui à côté du Stand BtoBeer et présentait ses dernières variétés expérimentales très parfumées qui sont encore en tests agronomiques. Les brasseurs pouvaient ainsi donner leurs appréciations sur chacune de ses variétés pour mieux orienter les futurs choix :

- P10-9 est un houblon aux arômes doux fruités et floraux. On peut distinguer des arômes de pêche, d’abricot et même finement de l’ananas.
- GS10 présente des arômes classiques floral et épicé, avec une tendance agrume portée sur la mandarine. Belle finesse en bouche.
- GJ 2 est un houblon qui présente des arômes de melon, plutôt vert et frais.
- GR50 est un houblon légèrement épicé avec des arômes fruité type citron vert, melon.

Nous espérons que ces nouvelles variétés seront bientôt sur le marché aux côtés des variétés stars du Comptoir Agricole : Strisselspalt, Aramis, Mistral ainsi que sa nouvelle variété le Barbe Rouge.

 

Le Salon du Brasseur compte bien entendu un grand nombre d'autres exposants, des céréaliers aux chaudronniers en passant par les laborantins notamment, permettant aux brasseurs de s’informer et de trouver des solutions quelles que soient leurs capacités de productions.

 

 

En parallèle des expositions se déroulaient des conférences pour les brasseurs et Francis Heitz directeur au Comptoir Agricole a inauguré la série avec une conférence ayant pour thème : "Cultiver son Houblon faits, gestes et chiffres".

 

 

D’autres conférences ont fait le plein comme celle de Daniel Thiriez sur la vie et la gestion des microbrasseries, mais aussi sur l'étiquetage, le bouchage, la sélection des levures et les styles de bières!,....

 

Fourquets 2017 des Brasseurs et Brasseries Amateurs et Profesionnels

 

 

Le Salon du Brasseur s'est conclu par la remise des Prix des Fourquets, d'or, d'argent et de bronze, qui récompensaient cette année, séparément, amateurs et professionnels, -dont une partie étaient présents le lendemain au marché Bières et Saveurs-, dans les catégories suivantes :

- Bières Blondes – de 6° Alc/v
- Bières Blondes + de 6° Alc/v
- Bières Ambrées – de 6 % alc/v
- Bières Ambrées + de 6° Alc/v
- Bières de Blé
- Bières de Blé avec épices, végétaux ou fruits
- Bières à dominante houblonnée
- Bières Brunes
- Bières Noires
- Bières à épices (plantes aromatiques, végétaux…)
- Bières aromatisées
- Bières vieillies en fût de chêne
- et les Bières à la façon « Porter » qui étaient cette année la variété en compétition spéciale.

 (Retrouvez les résultats des Fourquets 2017 sur : passionbrasserie.com/2017/04/24/concours-2017-tous-les-resultats/ )

 

Bières et Saveurs

 

Une cinquantaine de brasseurs étaient présents au marché Bières et Saveurs du dimanche 23 avril et nous avons pu découvrir beaucoup de produits intéressants tant dans leurs recettes que dans leurs présentations... (à suivre!)

 

 

Cette édition 2017 du Salon du Brasseur, la plus grosse jamais réalisée, avec 2000m2 de surface d'exposition, fut une très belle occasion de rencontrer des brasseurs et des professionnels de toute la France et parfois de beaucoup plus loin! St Nicolas-de-Port devient ainsi pour 3 jours le centre du monde brassicole français !...

Nous tenons également à remercier tout le personnel du salon ainsi que les habitants de St Nicolas-de-Port pour leur très bon accueil, l'organisation et surtout leur sympathie.

 

 

Et en attendant l'année prochaine, n'hésitez pas à poser toutes vos questions à nos partenaires en les retrouvant sur Btobeer!

 

Liens :

Salon du Brasseur salondubrasseur.com

Marché Bières et Saveurs facebook.com/bieressaveurs

Musée Français de la Brasserie : passionbrasserie.com

Résultats des Fourquets 2017 : passionbrasserie.com/2017/04/24/concours-2017-tous-les-resultats/

Ville de St Nicolas-de-Port : saintnicolasdeport.com

 

L’année 2016 a été une année riche pour le monde de la Brasserie, et ce à tous les niveaux. Que ce soit la production, la distribution ou la réglementation, tous les domaines ont connu de nombreux changement au cours de l'année. Alors que le nombre de micro-brasseries est en constante augmentation et que les réseaux de distributions se multiplient pour atteindre de nouveaux consommateurs, le monde brassicole a également avancé dans sa reconnaissance institutionnelle, avec de nouvelles lois et la mise en valeur de la culture bière belge par l’Unesco.


Portée par une culture de la bière retrouvée, cette redistribution des cartes s'accompagne d'une multiplication des goûts et des couleurs, qui redéfini les codes de la Brasserie en profondeur. Une petite révolution, qui remettrait presque en cause notre définition de la Bière. Lorsque l’on prend l’hétérogénéité des marchés au niveau international (des bières traditionnelles au mouvement craft beer, en passant par les bières collaboratives) et les attentes des divers acteurs et des consommateurs, on peut parfois se poser la question de savoir si la perception de la bière est bien la même pour tout le monde.

 

Revenons sur quelques évènements marquants de cette année 2016 :  


Plus de 1000 Brasseries en France


Au mois d’octobre dernier, la barre symbolique des 1000 brasseries a été atteinte en France. Un retour à la normale diront certains... Après des décennies de standardisation et de concentration des moyens de production, il est vrai que le paysage brassicole français avait bien besoin d'un renouveau, car la culture et le goût de la bière eux n’ont jamais disparu ce qui explique certainement l’engouement des Français. Un renouveau bienvenu, qui n'est donc visiblement pas prêt de s'arrêter. Avec un nombre de brasserie en constante augmentation, les amateurs et zythologues de l'Hexagone n'ont pas fini de savourer leur plaisir !

 

Développement des Réseaux de Distribution : Caves, Ventes en Lignes et Grandes Distributions.


En parallèle de la production, la commercialisation de la bière connaît également un essor important. L'année 2016 a ainsi vu l’ouverture de plusieurs dizaines de nouvelles Caves à Bières, qui se font une joie de trouver des perles rares et de les présenter aux consommateurs, qu'ils soient avertis ou néophytes. Sans compter sur les caves à vins et les magasins gastronomiques et terroirs qui s’ouvrent à ces boissons locales.
Les sites de ventes en lignes ont eux aussi participé à ce renouveau en développant notamment de nouvelles offres et solutions packaging. Coffrets découvertes, calendriers de l'Avent bière… Ils n'ont pas manqué d'ingéniosité pour satisfaire les consommateurs et leur soif de découvertes.
L’autre nouveauté est l’ouverture des rayonnages des grandes enseignes aux microbrasseries et brasseries indépendantes en France. En effet, si  cela est maintenant courant au Québec ou en Belgique, la production française ne permettait pas jusqu'alors l'approvisionnement régulier des chaînes de grande distribution. Pour que ces évolutions soient possibles, il aura fallu attendre que certaines des nouvelles microbrasseries françaises atteignent un seuil de production (ex : Gallia, Parisis, Ninkasi…) qui permettent l’approvisionnement régulier de ces chaînes (ex : Carrefour, Monoprix, Simply Market, Franprix…). Comme leurs homologues Belges ou Québecois, les consommateurs de l'Hexagone peuvent donc maintenant découvrir des productions locales sans pour autant passer par les circuits spécialisés.

 

Houblon : Crise du houblon et bière houblonnée


L’engouement autour des Bières de Microbrasseries doit beaucoup à leurs « nouveaux » goûts. L’utilisation de Houblons très parfumés venus des quatre coins du monde (Amérique du Nord, Australie, Japon...) doublée d’échanges de techniques entre brasseurs du monde entier, a en effet attiré de nombreux amateurs. Alors qu'ils ne consommaient que rarement cette boisson, ou  avaient établi une fidélité à un nombre très réduit de marques et de types, ils ont (re)découvert de nouvelles saveurs, notamment avec les bières collaboratives. Cette nouvelle dimension donnée à la bière n'est cependant pas sans conséquences. On peut ainsi se demander si avec les aléas climatiques, ce n’est pas l’utilisation croissante de ces nouvelles variétés qui a provoqué une petite crise du houblon en 2015, marquée par une baisse de 30 à 40% de la production. Heureusement, la récolte de septembre 2016 et le développement de la filière dans le monde entier permettent d’envisager les prochaines années avec plus de sérénité et de possibilités.

 

Evolution des lois


En avril 2016, (mis à part la création de BtoBeer ! ☺ ) lors du Salon du Brasseur de St Nicolas de Port, les microbrasseurs ont décidés de se fédérer autour du Syndicat National des Brasseurs Indépendants (SNBI).
Le SNBI et le SNB (syndicat des Brasseurs de France) ont permis de faire évoluer les lois françaises sur la Bière, contrôlées depuis plusieurs années par la DGCCRF (Direction Générale de la concurrence et de la Répression des Fraudes) sur plusieurs points. Il en résulte le décret N°2016-1531 du 15 novembre relatif à la composition et à l’étiquetage des produits brassicoles. Les points importants de ce décret concernent d’une part l’autorisation de nouveaux ingrédients dans les recettes, notamment l’usage d’herbes et d’épices s’ils n’altèrent pas le goût du produit final par leur typicité, d’autre part la possibilité d’additionner à la bière toute matière végétale admise dans l’alimentation et celles à propriété colorante, et enfin sur l’ajout de miel ou de boissons alcoolisées si ceux-ci n’augmentent pas le degré alcoolique de plus de 0,5% en volume. Il faut dire que jusqu’alors, une bière comportant du miel n’était pas considérée comme une bière mais comme une cervoise. Les appellations et les labels restent encore à ce jour un peu floue (Bière d’Abbaye, Vin d’orge, Milk stout,…). Les différents acteurs continuent de travailler pour continuer à adapter aux mieux la réglementation à la réalité du marché.
De l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, une nouvelle loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales (PL88) et son règlement relatif à la vente de bière pour consommation dans un autre endroit, va enfin permettre aux Brouepubs (les Bar-Brasseries qui servent leurs propres productions sur place, à la différence des Microbrasseries qui n’assurent que la production) de vendre leurs bières à emporter. De nouvelles perspectives de développement s’ouvrent ainsi.

 

La Culture de la Bière Belge reconnue par l’UNESCO


Avec plus de 200 brasseries, 1500 types de bières et ses fermentations spontanées, la culture de la bière en Belgique est désormais reconnue par l’Unesco. Un bel hommage rendu aux Brasseurs (et Consommateurs !) Belges, qui ont su entretenir et développer cet héritage multiculturel (Allemand, Anglais, Espagnol, Flamands et Français) depuis plus de 1000 ans. Leurs homologues du côté du Nord et des Flandres Françaises pourront toutefois se sentir oubliés, eux qui l’ont également entretenu et qui auraient légitimement pu prétendre à la même reconnaissance. Gambrinus, le roi de la Bière Franco-Belge, n’est-il pas un personnage qui ignore les frontières ? Lui qui est soit né carillonneur à Fresnes-sur-Escaut, soit identifié à l’illustre Jean-sans-Peur, le Duc de Bourgogne, qui permit aux Flandres de devenir le centre de la culture du Houblon pour la Bière en Europe…

 

2016 restera donc dans les annales comme une année charnière pour la Bière. Marqués du sceau de la pluralité et de l'ouverture, ces douze derniers mois ont en effet apporté de nombreux changements au monde brassicole, à tel point que l'on pourrait presque parler de bouleversement tant notre perception de la bière a évolué. Mais cette évolution de la production n’est ni abstraite ni arbitraire ! Désormais reconnues par les réglementations, c'est bel et bien une réalité concrète (cf le Surréalisme et Magritte… ;) ). Alors même si CECI n’est pas une Bière, nous levons notre chope à toutes et à tous, en vous souhaitant une excellente et heureuse année 2017 !

 

ceci n est pas une biere

 

Ref :

www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-culture-de-la-biere-en-belgique-01062

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/houblon-la-recolte-2016-s-annonce-bonne-1084239.html

http://brasseurs-independants.fr/cga-modification-biere-snbi-brasseurs

www.lavoixdunord.fr/82780/article/2016-11-30/la-biere-belge-inscrite-l-unesco-pourquoi-pas-nous

 

 

 

Dans ce second dossier, nous allons aborder plus particulièrement les packs, hyper-pack, multi-pack de 2 à 48 bouteilles (packs plus ou moins fermés). 

 

Le pack ou l’hyper pack ou le multi-pack ce sont d’abord des emballage secondaire facilitant la manutention et le transport, grâce à une poignée. Ils regroupent un certain nombre de bouteilles en les protégeant des chocs. Enfin une large surface d’impression supporte une communication accrocheuse permettant la reconnaissance instantanée des packs par le consommateur toujours aussi pressé et gourmand.

 

Tout d’abord un peu d’histoire :

 

Les packs à montage manuel puis à montages automatiques existent depuis très longtemps, les brevets en témoignent :

 

packs hyper pack multi pack bouteilles bieres 1

Brevet Américain US2314895 (A) de 1943 ― 1943-03-30

 

Le développement se fait à partir de 1960-1965 avec l’arrivée de machines Wrap semi-auto et auto mais aussi grâce à la demande des consommateurs pour l’achat groupés de bouteilles de bière. Ces premiers packs étaient en carton ondulé de cannelure B puis très rapidement en micro-cannelure. Les brasseurs ne se firent pas prier pour développer ces emballages car ils contribuent à augmenter les ventes grâce aux achats groupés de bouteilles,
Le carton ondulé est alors en première ligne car rigide, il offre une mécanisation plus facile et une protection des bouteilles efficace à toutes les cadences et dans toutes les conditions.
Par la suite, les machines de plus en plus sophistiquées et rapides ont utilisé du papier kraft de haut grammage. Ce qui réduit le poids du pack, mais ne protège plus aussi bien les bouteilles des chocs.
L’art de l’emballage, c’est l’art du compromis, il faut ainsi faire des choix.
Les consommateurs se sont habitués à manipuler ces packs avec plus de précautions.
Ces packs sont des unités de ventes consommateurs (UVC) et à ce titre font l’objet de toutes les attentions des marketteurs, au niveau communications et formes.

Le pack le plus simpliste serait peut être le code N° 406 du FEFCO Code, qui est un simple Wrap :

 

emballage pack wrap brevet bouteille biere

 

 

Pour séduire les consommateurs modernes il faut sûrement ajouter au packaging des services dont une poignée pour aider au transport, des aménagement pour que les bouteilles ne s’entrechoquent pas pendant les transports ainsi que des systèmes d’ouvertures et re-fermeture facile, sans oublier la remise à plat facile enfin d’évacuer aisément les emballages vides.

Il existe trois types de pack :
-         les packs fermés (on ne voit pas les bouteilles)
-         Les packs ouverts sur deux petits cotés et parfois montrant les cols des bouteilles
-         les packs ouverts sur le dessus formant panier (appelés Basket aux US)


1 – Les packs pionnier en Carton ondulé des années 1970, et un des packs d’aujourd’hui en kraft


Ils ont surtout pour fonction de regrouper un maximum de bouteilles, pour augmenter les ventes groupées. Ils protègent très bien de la lumière les bouteilles et en conséquence la bière. La bière va ainsi conserver tout son potentiel de conservation.
Les surfaces d’impression importantes permettent une bonne communication avec le consommateur.

 

 

2 – Les packs ouverts sur deux cotés cols apparents ou non.


Ces packs utilisent en général peu de matière, et sont donc des plus eco-friedly.
En général ils montrent une grosse partie des bouteilles. Les sens de la vue et du toucher du consommateur sont ultra sollicités, il faut en conséquence soigner les impressions et les formes. De même les poignées quand elles existent doivent être confortables et résistantes.

 

 

3 – Les paniers pour les zythologues et autres amateurs de bière. Ils sont plus ou moins ouverts sur le dessus.


L’utilisation de ces paniers par les consommateurs est intéressante pour lui car non seulement il accède facilement aux bouteilles, mais par la suite il peut le réutiliser en mettant les bouteilles vides à l’intérieur et amener facilement le tout vers les poubelles de recyclage pour le tri et l’évacuation. Ces paniers peuvent aussi être réutilisés.
Ces Packs ouverts permettent en plus le panachage de type de bière, par exemple pour une promotion de dégustation.
Ils peuvent même être livrés à plat chez le distributeur ou le point de vente et l’amateur de bière le rempli selon son envie en faisant son marché dans les diverses sortes de bières disponibles.

 

 

Dans les packs de type 2 et 3 ci dessus, le consommateur peut toucher aussi bien les bouteilles que leurs habillages. Son sens du toucher sera donc en plein action, des efforts doivent être fait de manière à ce que les sollicitations tactiles soient agréables.

 

Par ailleurs, ces packs permettent de donner libre cours aux concepteurs pour étudier des formes toujours plus attractives et reconnaissables. Les formes sont un moyen de personnalisation important et les concepteurs packaging ne sont jamais à court de propositions. Les formes sont perçues comme une impression en 3D, en fait une sorte de réalité augmentée pour aider le consommateur a reconnaitre l’emballage ou pour provoquer sa surprise.
Les consommateurs y sont de plus en plus sensibles : il est donc important de soigner la communication et les formes pour favoriser le premier achat, mais aussi pour fidéliser vos consommateurs en favorisant le ré-achat.    

Dans ces nouvelles formes nous avons sélectionnés ci-dessous :

-         un pack-portable développé par une étudiante Mlle Alessia Sistori à Berlin, appelé Merbier. Je le trouve très séduisant et accrocheur, et bien dans la tendance actuelle de recherche de visuels innovateurs :
-         un pack sous forme de tonnelets développés par une société italienne SK Orsenigo
-         un pack à base carrée produit par une société française de Carquefou : SK SIEMCO
-         un pack a forme triangulaire développé par SK Etampes
-         un pack a forme hexagonale développé par une société française de Carquefou : SK SIEMCO
-         un pack en forme hexagonale développé par une société française d’Epernay: SK Epernay

 

 

Pour la forme des poignées se reporter à l’article N°1, pour en assurer le confort de manutention et la résistance

Dernier détail, la bière craint la chaleure le froid ainsi que les écart brusques de température.
Elle craint aussi la lumière, le temps qui passe et même pour certaine bière re-fermentée en bouteille les manipulations brusques.
Avec ces packs nous avons souvent toute ou partie de la bouteilles exposée à la lumière.
Le choix du traitement du verre est important. Mais pour tenir compte de ces sensibilités il nous semble nécessaire que soit imprimé sur ces packs des conseils de conservation adéquats.

Nous parlerons dans le prochain article des coffrets et autres emballages premiums

 

ENFIN nous sommes intéressés par votre ressenti par rapport au contenu de ce deuxième article

 

<- 1ère partie : Les Collerettes, Clips, Poignées et autres Emballages Portables pour Bouteilles de Bières

 

 

 

Le Beer Attraction est un salon mixte dédié aux Microbrasseries et à la Bière Artisanale Italienne. A cette occasion, ont eu lieu les cérémonies organisées par Unionbirrai, et ont été décernés, les prix « Birra dell’Anno », technologies nouvelles, et aux matières premières. Des conférences et des formations professionnelles (BBTech) ont été organisées en parallèle. Cette troisième édition s’est ouverte également au secteur alimentaire « Food Attraction », grâce à la tendance internationale actuelle des « Accords-Mets-et-Bières » et des repas à la Bière.  Une centaine de microbrasseries italiennes, et quelques internationales, étaient ainsi présentes sur ce salon, et nous avons donc pu découvrir la production et quelques tendances locales, ainsi qu’assister à certaines conférences.

 


La Microbrasserie Italienne, un secteur jeune et actif, une conscience locale


Avec environ 700 microbrasseries dont plus de la moitié se sont ouvertes les 5 dernières années, l’Italie bénéficie également du renouveau de la production brassicole. Des mouvements comme le Slow Food apparu en 1986 de ce côté des Alpes, ont permis de sensibiliser les citoyens à l'éco-gastronomie et à l'alter-consommation. La microbrasserie en Italie s’inscrit directement dans cette tendance de consommation «hyper- locale » ou « 0 kilomètre » comme on dit ici. La valorisation du territoire est donc de mise, et les microbrasseurs italiens veulent également miser sur le goût du terroir. De plus en plus de brasseurs essayent donc de ne s’approvisionner que dans un périmètre restreint, ou de produire par eux-mêmes le maximum d’ingrédients (malts, houblons,...). Un projet de houblon 100% italien a même vu le jour durant le salon…


Au niveau national, même si la bière est consommée uniformément, on s’aperçoit que le sud de l’Italie est très actif, alors que la culture de la production de la bière est historiquement et géographiquement plus du nord (et le vin au sud). Le salon était donc la bonne occasion pour la remise des prix "Birra dell'Anno" organisé par Unionbirrai qui représente bien la diversité de l'art de la Brasserie Italienne et dont le prix principal, celui de la MicroBrasserie Italienne, a été remporté cette année par Birra Baladin :

 

Les tendances 2017 : « Extrêmisation de la Bière », torréfaction et utilisations d’ingrédients spéciaux.


Poursuivant la tendance internationale des bières aux houblons très parfumés, grâce aux IPAs notamment, les microbrasseries italiennes n’hésitent pas à pousser l’expérience « à fond » : en  incorporant une concentration maximum d’ingrédients dans les brassins, afin d’obtenir une « explosion » de saveurs et/ou de textures, la tendance 2017 est à « l’extrême », dont les « IPA estremizzata » avec leur ajout très généreux en houblons.
Mais c’est aussi du côté de la torréfaction des malts où les expériences se multiplient, certaines brasseries n’hésitent pas à tester jusqu’à 7 torréfactions diverses donnant des blacks IPA très très sombre par exemple. Les RauchBiers font également des apparitions remarquées chez plusieurs microbrasseurs qui déclinent certaines de leurs bières en « version fumée ». Le blé et le froment sont aussi utilisés davantage en propre ou en addition.

Au niveau des variétés de Bières, outre les Extreme IPA, on a pu voir un engouement autour des New England IPA qui sont plus crémeuses et plus légères en bouche donc moins sèches. Les expériences autour des bières noires vont également de la Rauchbier à la Tropical Stout en passant par les ‘bières épicées’. Enfin, l’apparition de plusieurs bières « Sour » confirme le succès de cette variété de bière.

L’utilisation de fruits et d’ingrédients spéciaux devient également commune, avec parfois une gamme dédiée. Le miel, les marrons et la chataigne sont très utilisés, et parmi les fruits, on retrouve dans les fruits rouges : la framboise, la fraise, la cerise, la mure, la myrtille ; dans les fruits jaunes : le fruit de la passion, la pêche, l'abricot, la mangue, et la prune ; dans les agrumes : le pamplemousse et les citrons (jaune, vert,..),  et puis dans les autres ingrédients et épices : le piment, le coriandre, la myrte et même la citrouille.


Techniques et Technologies


De nombreuses conférences ont eu lieu durant le Beer Attraction, celles par exemple sur « les femmes et la bière » démontraient comme en France, la nécessité d’une « éducation-conseil » des consommatrices : portant à la fois sur la provenance et la méthode de production et sur les variétés de bières en elles-mêmes, car d’une manière générale, les consommateurs latins ont une vision (et un choix !) souvent trop limités : blonde, brune, rousse,…

Notre partenaire GAI était présent sur le salon professionnel et présentait les dernières évolutions de la série MLE équipée des Becs UNICA,  ainsi que son nouveau brevet relatif à l’embouteillage des cannettes de bière : l’encannage pour moyennes cadences.

Enfin, au niveau packaging, on note l’apparition chez certaines microbrasseries de  bouteilles et d’emballages, « luxes » ou originales, dédiés aux « grands » restaurants.

 

Liens :

beerattraction.it
unionbirrai.it
microbirrifici.org
mondobirra.org
giornaledellabirra.it/eventi/birra-dellanno-2017-i-vincitori
altagradazione.com/2017/02/18/tante-nuove-birre-presentate-al-beer-attraction

 

 

Les étiquettes des bouteilles de bières en 2016 reflètent totalement leur époque et leur secteur : un marché dynamique, (in-)novateur et hétéroclite dans une période où l’échange d’informations de masse continu permet à la fois de démultiplier les recombinaisons d’idées les plus diverses et variées, et à la fois d’en faire ressortir les plus singulières.

Depuis plusieurs mois, nous parcourons les Brasseries et les Caves à Bières de la Planète (France, Québec, Belgique et Allemagne) et nous vous proposons dans cet article une sélection -non exhaustive- des étiquettes qui nous ont le plus marqués cette année et ce pour différentes raisons : qualités graphiques et d’illustrations, présentations, découpes,...

 

Design d’Etiquettes : Mashup, Blend et Bootleg !

 

Les styles de design graphiques sont étroitement liés à l’Histoire industrielle et donc à la Publicité et aux techniques de productions des médias (de l’enluminure au Numérique, en passant par les caractères métalliques mobiles de Gutenberg, la Photographie et l'Offset) qui prend elle-même ses sources dans l’Art et le quotidien. Le design d’aujourd’hui est donc très hétéroclite car de multiples influences sont souvent combinées, sans compter avec la nature du brief du client et la touche du Designer. En cela, nous avons essayé de les regrouper dans de grandes catégories stylistiques mashupées ! (& même si cela n’est pas toujours évident), et puis au delà des styles, ces étiquettes ont toutes leurs propres personnalités.

 

 

Art Nouveau, Arts & Crafts:

Typographie élaborée, utilisation d’illustrations « traditionnelles » ou anciennes, design linéaire utilisant des formes naturelles.

 

 

 

Post Moderne & Naïf

Un mélange d’Impulsivité, de collages, de jeux sur les titres, de couleurs, simple et ludique.

 

 

 

Réalisme Héroïque et Bande Dessinée

Entre les images fortes de propagande ou de promotion d’idéaux, et les aventures légendaires et fictives.

 

 

 

Réalisme Héroïque et Bande Dessinée : catégorie Troll

Le monde de la bière compte beaucoup de Divinités et de créatures Légendaires, on aperçoit souvent des lutins et des trolls…

 

 

 

Réalisme Héroïque et Bande Dessinée : catégorie Drôle-Décalé

Parce qu’on est bon vivant…

 

 

 

Tattoo, American Kitsch & Deathcore

Une grosse catégorie mélangeant des styles undegrounds et urbains.

 

 

 

Psychédélique, Grunge, Tag & Graf

De l’illusion d’optique à la texturisation.

 

 

 

Art Déco, Futuriste et « Flat »

Regroupés ensemble pour l’utilisation des lignes et de la géométrie, ainsi que pour l’utilisation des espaces négatifs.

 

 

 

De belles idées.

 

Présentations :

 

 

Découpes :

 

 

Sérigraphies :

 

 

Un Chaleureux Remerciement à La Moustache Blanche, La Glacière de l'Est, Paris Saint Bière, The Beer Shop Basfroi et Escale Bière.

 

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et/ou à nous envoyer vos plus belles étiquettes.

 

Dossier Créer une Etiquette de Bière :

 

Partie 1 : Obligations Légales

Partie 2 : Aider et Eduquer le Consommateur !

 

 

Autajon Etiquettes, notre partenaire, organise jusqu'au 31 Décembre la première édition du Concours Wilaaw, le Concours des Designers d'Etiquettes de Bouteilles qui a pour thème "Casser les Codes..."

 

Ce concours orienté vins pourrait vous intéresser ainsi que votre illustrateur, votre graphiste ou vos créatifs de vos étiquettes de bouteilles de bières, en effet les créations sont libres, seuls les bouteilles à habiller sont à télécharger sur le site du concours www.wilaaw.com

Sachant que le format des bouteilles de bières est libre en France depuis 2008, on peut très bien s'imaginer une bière dans la bouteille champenoise du concours....

bouteilles concours etiquettes vins bieres wilaaw 2016

Les 3 bouteilles du concours, vous pouvez concourir avec 1, 2 ou 3 bouteilles.

Les étiquettes de bières ont aussi leurs mots à dire, nous pensons d'ailleurs qu'elles sont souvent plus créatives que dans les autres alcools...Nous connaissons les possibilités techniques proposées par Autajon : étiquettes holographique, étiquettes origami, découpes, reliefs, vernis séléctifs.....

 

A savoir également qu'aucun texte n’est imposé, vous pouvez inventer vos textes, il n'y a pas d’obligation de faire apparaitre les mentions légales.

Avec un Jury composé de 50 Professionnels (Vignerons, Coopératives, Négoces,...) des différentes régions de France, la Remise des prix se tiendra lors des Rencontres Nationales 2017 des Vignerons Indépendants de France.

De plus les Graphistes participants pourront proposer leur création à la vente en fixant leur prix de cession a l'issu du concours.

 

Participez au concours Wilaaw.com!

 

 

Ce site peut utiliser des cookies pour gérer l'authentification.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.