×

Avertissement

JCacheStorageFile::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/beerbecoou/www/cache/com_content

 

Inventée il y a plus de 6000 ans par les sumériens, la bière est la plus ancienne boisson alcoolisée de l'Histoire, mais elle ne constitue pas pour autant la première source d'alcool. Produit naturel issu de l'activité des levures, l'éthanol existait déjà sur Terre bien auparavant, et les primates en consommaient déjà il y a 10 millions d'années. Mais les levures elles-mêmes ne sont pas responsables de l'apparition de l'alcool. Son «invention» est en réalité à mettre au compte… des étoiles !

 

L'alcool, un produit du cosmos


Aux milieux des pulsars et autres super novas qui défient notre imagination, il existe en effet des nuages interstellaires renfermant des molécules organiques, dont l'éthanol ! C'est l'américain Ben M. Zuckerman de l'Université de Californie qui en a fait la découverte en 1975. Le cœur de ces formations massives, qui peuvent atteindre 1000 fois la taille du soleil, agit en fait comme une « distillerie du cosmos », où les grains de poussière servent de catalyseurs à des réactions entre l'hydrogène moléculaire, l'eau (H2O) et le dioxyde de carbone (CO2) pour former des molécules plus complexes, telles l'éthanol (C2H6O). Flottant quelque part au-dessus de nos têtes, on retrouve ainsi des immenses nuages pouvant contenir des quantités faramineuses d'alcool.


Le nuage G34.3, découvert en 1995 par une équipe de chercheurs anglais utilisant le radiotélescope James Clerk Maxwell à Hawaii, est à ce jour le nuage le plus alcoolisé que l'on connaisse. Situé dans la constellation du zèbre, il contient assez d'éthanol pour servir 40 millions de milliard de pintes, soit une pinte à chaque être humain, chaque jour… pendant 1 milliard d'années !

 

nuage interstellaire g34 3 ethanol alcool univers

Le nuage interstellaire G34.3 (source NASA)

 

Une idée certes alléchante mais plutôt risquée, puisqu'on y retrouverait entre autres du méthoxyméthane (C2H6O, un isomère de l'éthanol), du formiate de méthyle (C2H4O2), de l’éthylène glycol (C2H6O2), du cyanure d'hydrogène (HCN) ou encore du monoxyde de carbone (CO). En tout, on y a identifié 32 espèces chimiques différentes, l'éthanol étant la plus importante.

 

S'il reste donc peu probable d'y goûter un jour, il est cependant possible que ces cocktails finissent leur voyage sur la Terre ! En effet, les grains de poussière qui contiennent ces composés se rapprochent ensuite de l'étoile en formation au centre du nuage. Sous l'effet de la température, ils libèrent alors leur contenu, qui passe dans la phase gazeuse. Si la grande majorité reste dans le nuage (d'où l'impressionnante quantité d'éthanol constatée), une petite partie peut en rejoindre l’extérieur, où ils vont être incorporé à des amas de poussière froides. Ces derniers peuvent ensuite former des comètes, qui vont être dispersées aux quatre coins de l'univers. C'est notamment ainsi que les premières molécules organiques seraient arrivées sur Terre. L'éthanol, que l'on rattache aujourd'hui à un plaisir récréatif, est donc intiment lié à la formation des étoiles, et même à l'apparition de la vie !

 

molecule biere bouteille univers

 

Lorsque vous dégusterez votre prochaine cuvée, levez donc les yeux vers le ciel et ses réserves inépuisables d'alcool…

 

 

Nous profitons de cet article pour vous souhaitez un Joyeux Noël et de Bonnes Fêtes de fin d'Année!

 

Ref :
www.nytimes.com/1995/05/30/science/alcohol-laden-cloud-holds-the-story-of-a-star.html
adsabs.harvard.edu/full/1995MNRAS.273...25M
arxiv.org/abs/1507.03580
espace-temps.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/12/02/l-homme-et-l-alcool-une-histoire-vieille-de-10-millions-d-an-548877.html

 

Bonus :

 

Vous devez vous inscrire pour écrire un commentaire. Inscrivez-vous!

Ce site peut utiliser des cookies pour gérer l'authentification.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.