Dossier Labels Partie 2

En 2022, la règlementation sur le bio évolue : l’occasion de faire un point sur ce label et d’autres certifications engagées. Les certifications peuvent être un atout pour une brasserie afin de s’inscrire dans une démarche de développement durable et de mettre en avant ses engagements environnementaux et sociétaux auprès de ses clients, mais aussi pour accéder aux réseaux de distribution comme les magasins bios ou locaux, dont les ventes ont explosé durant les derniers confinements. Si les labels bios les plus connus sont publics, d’autres labels privés ont également une démarche pertinente.

Agriculture Biologique AB - Nature et Progrès - Demeter - Autres labels engagés RSE - Labels géographiques

 

Les Labels officiels bios Agriculture Biologique (AB)

labels marques agriculture biologique ab eurofeuille

On les aperçoit le plus souvent côte à côte sur les produits bios : le label français Agriculture Biologique (AB), créé en 1985, et celui européen, arrivé avec les premiers règlements de la communauté dans les années 90. Ils garantissent le respect de l’environnement. Leurs critères sont alignés depuis 2009 et le label bio européen a pour vocation de se substituer, à terme, à celui national. Le logo français AB est d’ailleurs facultatif. S’ils cohabitent encore, c’est que leurs notoriétés auprès du grand public ne sont pas les mêmes : si 98% des français identifient le logo français AB, ils ne sont que 65% à reconnaître le logo européen, « Eurofeuille », en 2020, selon une étude de l’Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique (dite Agence Bio). Le logo européen est pourtant un peu plus informatif, puisqu’il précise l’origine de la matière première agricole, UE ou non UE, et donne le code de l’organisme certificateur.

La certification bio reposait jusqu’alors sur les règlements cadres européens n°884/2007 et d’application n°889/2008.

Pour faire certifier ses bières en bio, il faut qu’au moins 95% des ingrédients soient bios. Chaque fournisseur doit ainsi vous fournir un certificat ainsi qu’une attestation garantissant le non-OGM et la non-ionisation. Cependant, certains ingrédients non bios sont autorisés s’ils ne sont pas disponibles en bio. Ils figurent dans la liste du règlement européen (n° 889/2008, annexe IX). On y retrouve, par exemple, la noix de colas ou les graines de raifort. Il faut également être vigilent à la qualité de son eau, en réalisant des contrôles annuels.

Jusqu’à présent, les brasseurs pouvaient obtenir des dérogations pour des ingrédients non disponibles en bio, comme le houblon (toutefois, l'étiquetage doit faire apparaître la liste de toutes les variétés de houblons en indiquant celles qui sont biologiques et celles non biologiques). Le nouveau règlement européen n°2018/848, entrant en vigueur en 2022, supprime cette possibilité. Autre modification du règlement en 2022 concernant l’étiquetage : en cas d’utilisation d’arômes, il faudra préciser la source : « arôme de xyz » au lieu de « arôme naturel ». Ce qui est paradoxal dans le cas de la bière où la liste des ingrédients n’est pourtant pas obligatoire, même si à la rédaction nous sommes pour qu’elle le soit.

!!! Attention : La nouvelle liste des ingrédients non disponibles en bio autorisés à partir de 2022 n’est toujours pas disponible à ce jour. Des dérogations exceptionnelles pourraient également apparaître pour le houblon, avec la mise en place éventuelle d’une période de transition de 2 ans. Tout ceci est au conditionnel : il faudra donc veiller à ces nouveaux règlements d’ici la fin de l’année et/ou vous rapprocher de vos organismes certificateurs. Nous mettrons donc à jour cet article prochainement.

Au niveau de la production, du stockage et de la fabrication, les produits bios doivent être séparés du non-bio. Des nettoyages doivent être effectués en cas de matériel à usage mixte pour éviter toute contamination, ce qui ne change pas trop le quotidien des brasseurs habitués à passer la plus grande partie de leurs temps à nettoyer. La problématique se retrouvant dans les brasseries étant celle de la place disponible et de la concomitance des brassins, beaucoup de brasserie choisissent alors de produire uniquement dans un unique mode : bio ou conventionnel. Peu ont une production mixte. Des fonds régionaux peuvent vous soutenir dans la transformation de votre activité en bio.

Par ailleurs, vous pouvez utiliser les céréales et le houblon que vous auriez éventuellement cultivés par vous-même, mais il faudra démontrer que vous avez respecté les normes bios.

Dans chaque région, des organismes certificateurs agréés par l’INAO (Institut NAtional de l’Origine et de la qualité) devront auditer la conformité de vos recettes et de vos process afin d’obtenir le label, et reviendront vérifier régulièrement le respect des règles. En moyenne, le délai est d’un mois et demi entre l’audit et la certification.

En 2019, la bière bio a connu une augmentation des ventes de 24%. Début 2021, on comptait 450 brasseries en France produisant uniquement des bières biologiques.

Règlement UE 889/2008 : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex%3A32008R0889

Règlement UE 2018/848 : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32018R0848

Déclaration et Liste des organismes certificateurs : agencebio.org

 

Le label Nature et Progrès, biodynamie et RSE

label marque nature et progres biodynamie

Nature et Progrès est une association pionnière, créée en 1964, ayant originellement pour but la promotion du développement de l'agrobiologie et de la biodynamie, en France et en Belgique. Nature et Progrès a élaboré le premier cahier des charges de l'agriculture biologique en 1972, conduisant aux premières attributions des mentions Nature et Progrès en 1973. En 1986, les pouvoirs publics français homologuent le cahier des charges de Nature et Progrès comme cahier des charges officiel de l’agriculture biologique. Par la suite, ce label prendra ses distances avec le label bio, qui ne prend en compte que les pratiques respectueuses de l’environnement, afin de défendre une vision plus globale qui intègre des aspects sociaux et économiques. Il se définit aujourd’hui comme étant engagé dans l’agroécologie paysanne, « système où l’homme utilise la biodiversité et la nature pour produire une alimentation saine, nutritive et diversifiée pour tous, permettant la sécurité et la souveraineté alimentaire des peuples. ». Les brasseries peuvent bénéficier de ce label depuis 2013.

Les grandes différences avec le label bio se situent ainsi dans les volets socio-économiques et environnementaux globaux qui ne sont pas pris en compte dans la certification AB : conditions de travail décentes, circuits courts privilégiés, activités à taille humaine, entraide, échanges, lien social encouragé, limitation de la mécanisation et de la technologie, respect de la saisonnalité, gestion durable des biens communs (eau, énergie, sol), écoconstruction préconisée, réduction des déchets, des rejets et des emballages. N&P se veut ainsi garantir des produits éthiques et équitables, qui font vivre dignement les producteurs, et visent à des relations commerciales solidaires.

Les brasseries qui souhaitent bénéficier du label doivent ainsi s’engager dans la charte des valeurs Nature et Progrès et respecter un cahier des charges très précis : qualité des matières premières, origine et qualité de l’eau, fermentations, augmentation du titre alcoométrique, produits de traitement, matériel de brasserie et procédé de brassage, hygiène et gestion de l’eau, et gestion de l’énergie. Elles seront contrôlées par les consommateurs et professionnels adhérents de l’association.  En 2021, ce sont 44 brasseries qui sont labellisées N&P.

Le cahier des charges N&P est téléchargeable ici : https://www.natureetprogres.org/les-cahiers-des-charges-2/

 

Le label Demeter, l'origine des labels de biodynamie

certification demeter agriculture biodynamique

Demeter est la plus ancienne certification en biodynamie en Europe. Créée en Allemagne en 1932, elle se base sur la vision anthroposophique de la nature, développée par Rudolf Steiner. Demeter est aujourd’hui présent dans 60 pays. En France, cette labellisation est utilisée par plus de 1000 producteurs agricoles, dont des vignobles. Si trois brasseries françaises ont été certifiées Demeter par le passé, dont la brasserie Sulauze qui a participé à la rédaction du premier cahier des charges, plus aucune ne l’est actuellement, contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Suisse. Guillaume de la brasserie Sulauze nous a expliqué l’arrêt de cette labellisation par la difficulté à faire produire ou à trouver du malt produit selon les principes Demeter, puis par le changement d’organisme certificateur qui ne certifiait pas ce label.

Pour obtenir la certification Demeter, il faut d’abord être certifié bio et respecter les valeurs,- écologie, développement humain, création de valeur économique, relations sociales et impact cosmique et spirituel-,  et le cahier des charges de production, transformation et étiquetage de l’organisme. Le principe de base pour la bière est qu’elle doit être produite selon “l’art traditionnel de brassage”, privilégiant des matériaux issus eux-mêmes de processus naturels. Par exemple, l’eau doit provenir d’une eau souterraine, la moins polluée possible, les houblons en cône sont à privilégier (les pellets 90 sont tolérés, mais les pellets 45 et les extraits sont interdits). Le conditionnement doit être fait dans des bouteilles en verre et des fûts/tonneaux en acier inoxydable ou en bois, les canettes sont proscrites. D’autres principes généraux incluent le respect du calendrier lunaire ou la dynamisation de l’eau. Le contrôle est effectué annuellement. Ce label pourrait être adopté par des Fermes Brasseries faisant de la micro-malterie.

https://www.demeter.fr/

Cahier des charges : https://www.demeter.fr/wp-content/uploads/2020/07/Cahier-des-charges-Demeter-Production-et-Transformation-2020.pdf

 

Autres Labels engagés

 

De nouveaux labels engagés sont en train de se mettre en place, tant au niveau environnemental que sociétal, inspirés notamment du label B-Corp :

 

Le label Bio. Français. Equitable

label bio francais equitable

Nouveau venu en 2021, ce label créé par la FNAB (Fédération Nationale d'Agriculture Biologique des régions de France),  veut aller plus loin que le label Bio pour les producteurs et les agriculteurs. Par le maintien et le développement du patrimoine environnemental, la construction de filières basées sur la coopération et la transparence, la relocalisation des approvisionnements et des circuits de distribution, et le maintien d'un tissu de fermes diversifiées, le label Bio. Français. Equitable veut assurer la pérennité et couvrir les besoins fondamentaux des producteurs et de leur famille par des prix justes.

Lien : https://www.fnab.org/nos-actions/filieres-de-commercialisation/1070-qu-est-ce-que-le-label-bio-francais-equitable-porte-par-la-federation-nationale-d-agriculture-biologique-fnab

D’autres labels bios existent en France mais ne concernent pas la bière. On les retrouve par exemple dans le vin : Biodyvin, Terra Vitis, label HVE pour Haute Valeur Environnementale,  Bioentreprisedurable (BIOED) ou bien Biocohérence dont le cahier des charges interdit la vente en grande distribution afin de développer la vente directe et les réseaux spécialisés bio.

 

Le label Entreprise à mission

logo communaute des entreprises a mission

Les entreprises peuvent depuis la loi PACTE de 2019 inscrire une « mission » dans leur statut. Celle-ci se définit par une raison d’être et des engagements sociaux et environnementaux qui sont contrôlés par audit tous les 2 ans. La brasserie Deck et Donohue est la première à mettre en place cette labellisation par des actions « valorisant des modes d'approvisionnement, de production et de consommation responsables et durables » dont voici, pour exemple, les objectifs :

1. Soutien à la transition agroécologique, valorisation des filières locales, empreinte environnementale de production minimisée ; 2. Croissance partagée : transparence, formation, responsabilisation, partage de la valeur avec notre équipe ; 3. Promotion d’une consommation saine et responsable, génératrice de plaisir, de lien social et de questionnement ; 4. Travail de sensibilisation aux enjeux environnementaux et sociaux auprès de l’ensemble de son écosystème.

Lien : https://www.entreprisesamission.com/

 

Le label Entrepreneurs Engagés (PME+)

 

label pme plus entrepreneurs engages

Le Label PME+, entreprises éco-responsables et citoyennes, s’adresse aux TPE, PME ou ETI françaises ou européennes ayant une démarche RSE, qui sont dirigées par des entrepreneurs présents au capital. Elles doivent disposer d’une filiale en France (pour les entreprises européennes) , facturer, payer des impôts et créer des emplois sur le territoire français. L’entreprise doit être attachée à des pratiques éthiques et responsables et être fournisseur de la GD (grande distribution), RHD (restauration hors domicile), GSS (grande surface spécialisée), circuits spécialisés, e-commerce. Ce label est soutenu par les grandes enseignes et la RHD. Ce label est porté par la Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France (FEEF).

La brasserie Castelain est labellisé PME+ et est engagée sur plusieurs points : Emballage/Recyclage avec une consigne appliquée au niveau local, tri et revalorisation des déchets ; un sourcing responsable avec des contrats de fournitures pluriannuels et un approvisionnement local dès que possible ; Alimentation et Santé avec un étiquetage complet détaillant tous les ingrédients ; un Engagement sociétal et une Qualité de vie au travail  avec la mise en place d'une politique de bien-être au travail et travail à l’ergonomie.

Lien : https://www.label-pmeplus.fr/le-label/

 

Les Labels Géographiques

labels marque collective origine geographique

La règlementation concernant le lieu de production de la bière oblige à indiquer ce dernier sur l’étiquette. Certains labels peuvent éventuellement améliorer la reconnaissance de la provenance que ce soit pour une commercialisation locale ou même internationale, au delà des appellations d’origine (IGP : Indication Géographique Protégée ; AOP : Appellation d’Origine Protégée ; AOC : Appellation d’Origine Contrôlée ; STG : Spécialité Traditionnelle Garantie) qui ne concernent pas encore la bière française, même si le Collège Culinaire de France aimerait mettre en place certaines appellations. A noter qu’en Europe, la bière Tchèque ou de Munich ont obtenu une IGP, et que certaines bières belges sont STG : Gueuze, Vieille Gueuze, Kriek, Vieille Kriek et Faro (peut-être pour échapper à la taxe Premix...)

La mention d'origine permet de mettre en valeur les producteurs locaux, elle fait partie également des stratégies de marque et influence leur story-telling. Presque chaque région en possède au moins une : Fabriqué à Paris , Alsace, Sud-Ouest, Made in Jura, Produit en Bretagne, Sud de France, Saveur du Tarn, Saveurs de Normandie, de Lozère, Produit en Nouvelle Aquitaine, Nou la Fé (Produit à  la Réunion)… Ces labels sont des « marques collectives », des « marques de garantie », ou bien des « marques collectives communautaires », régis par le règlement (CE) n° 207/2009.

Depuis 2019, en France, la loi Pacte relative à la croissance et la transformation des entreprises distingue deux types de « marques collectives » :

La marque collective qui remplace l’ancienne « marque collective simple », et qui distingue les produits ou les services, des personnes autorisées à utiliser la marque en vertu de son règlement d’usage. Cette marque ne peut être déposée que par une personne morale représentant des fabricants, des producteurs, des prestataires de services ou des commerçants, ainsi que toute personne de droit public.

La marque de garantie qui remplace l’ancienne « marque collective de certification » et qui distingue les produits ou services pour lesquels la matière, le mode de fabrication ou de prestation, la qualité, la précision ou d’autres caractéristiques sont garanties. Cette marque peut être déposée par toute personne physique ou morale n’exerçant pas une activité ayant trait à la fourniture des produits ou services garantis.

La marque collective européenne assure quant à elle une protection à l’échelle de l’Union Européenne. Elle permet d’enregistrer des signes ou indications pouvant servir à désigner la provenance géographique.

label origine france garantie

Au niveau national, il est possible d’apposer la mention Fabriqué en France / Made in France (MIF), régie par les règles d’origine non préférentielles européennes. Le produit prend alors l’origine du pays où il a subi sa dernière transformation substantielle. Cette mention reste floue quant à l’origine des matières premières, d’où l’apparition d’une marque collective privée : Origine France Garantie (OFG) qui est certifiée. Le label OFG peut être obtenu sous deux critères cumulatifs : le produit prend ses caractéristiques essentielles en France et entre 50% et 100% du prix de revient unitaire est français.

Lien : http://www.originefrancegarantie.fr

Nous reviendrons dans la prochaine partie du dossier sur les marques collectives propres aux Brasseurs : Brasseur indépendant, Profession Brasseur, …

 

Mettre en place une labellisation est une démarche sur le long terme qui peut requérir une transformation presque totale de son processus de fabrication. La philosophie sous-jacente est dans la lignée des engagements de développement durable et des attentes de la nouvelle filière artisanale et de son public. Une des problématiques principales vient de l’approvisionnement en matières premières bios et/ou locales, souvent importées, même si les producteurs français augmentent leur surface chaque année, à l’image d’Hop France avec le houblon bio en Alsace, ou Les Maltiers, avec des malts provenant d’orges régionaux. Si le débat « bio importé versus bilan Co2 » est toujours d’actualité, il va aussi dans le sens d’une démarche holistique de développement durable, de production et d’achat local et national. Avec l’accroissement de la concurrence, des doubles certifications peuvent être un atout pour se démarquer et mieux se faire distribuer.

Vincent F.

Partie 1 : Les Concours de Bières en France et dans le Monde

Références :
https://www.agencebio.org/wp-content/uploads/2021/03/Rapport-de-resultats-Barometre_Agence-Bio_Spirit-Insight-Edition-2021_mars.pdf
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique
https://deck-donohue.com/notre-mission
https://www.inao.gouv.fr/Les-signes-officiels-de-la-qualite-et-de-l-origine-SIQO
https://www.entreprises.gouv.fr/fr/industrie/politique-industrielle/made-france

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Inscrivez-vous!

Ce site peut utiliser des cookies pour gérer l'authentification et les statistiques.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.